Défense, cybersécurité : une tradition d'excellence

Rennes, place forte de la (cyber)défense

Territoire lié à l’innovation numérique, depuis l’invention du minitel à Rennes, la Bretagne est désormais devenue une place forte de la cybersécurité en France. Alors que le nombre de cyberattaques a été multiplié par 4 en France en 2020, les acteurs bretons se mobilisent autour de ces sujets d’une grande sensibilité. Avec Rennes comme épicentre de cette nouvelle cyberforce.

Un écosystème unique en Europe

Le bassin rennais accueille un écosystème riche et unique en matière de cybersécurité. Dès les années 70, la Direction Générale des Armées (DGA) installait à Rennes un pôle dédié à la défense alors que le Groupe Orange (ex-France Télécom) développait ses technologies de télécommunication dans la capitale bretonne.

Source : ©Audiar

Héritage direct de cette culture du numérique et de la défense, plusieurs grands groupes ont installé leurs activités de cybersécurité à Rennes. On y trouve ainsi le CyberSoC (Security Operation Center) d’Orange, mais aussi Airbus Cybersecurité, ou encore la “Ruche” de Thales Services, qui héberge les startups qui travaillent sur des sujets de cyberdéfense.

Parmi les nombreuses startups bretonnes qui imaginent de nouvelles solutions pour lutter contre la cybercriminalité, on peut citer Glimps. Sa solution logicielle de conceptualisation de code, qui permet d’automatiser les processus de sécurité informatique des entreprises, lui a permis de lever 6 millions d’euros. La startup Secure IC, spécialiste de la sécurité des objets connectés, a quant à elle séduit la Darpa, agence rattachée au Pentagone. 

Au-delà des entreprises privées, le ministère des Armées est très bien implanté sur le territoire breton, avec une force de 880 cybercombattants installée à Rennes. 1 800 emplois supplémentaires seront créés dans le domaine de la cyberdéfense sur le territoire de Rennes Métropole. En parallèle, l’ANSSI (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information) ouvrira une nouvelle antenne à Rennes en 2022, avec plus de 200 agents prévus sur place.

C’est donc naturellement que le Pôle d’Excellence Cyber (PEC) a vu le jour sous l’impulsion du ministère des Armées et du Conseil Général de Bretagne. Son objectif est de favoriser les synergies entre les acteurs de la cyberdéfense et de stimuler la recherche, la formation et l’innovation dans ce domaine.

La Bretagne, leader dans la recherche en cybersécurité

Cybersecurite

Dès 2014, un accord général de partenariat pour la recherche en cyberdéfense a été signé entre le ministère de la Défense, représenté par la Direction générale de l’armement (DGA), la région Bretagne et 11 universités, écoles d’ingénieurs et institutions de la recherche. 

La Bretagne compte plusieurs unités mixtes de recherche en cybersécurité à Rennes :

  • l’IRISA : l’Institut de Recherche en Informatique et Systèmes Aléatoires le plus important des laboratoires de recherche français (+ de 850 personnes) dans les sciences et technologies du numérique.
  • l’IRMAR : l’Institut de Recherche Mathématique de Rennes qui effectue des recherches notamment autour de la cryptographie, composante essentielle en matière de cybersécurité.
  • l’IETR, l’Institut d’Electronique et des Technologies du NuméRique, est un laboratoire public regroupant des équipes de recherche du CNRS et de plusieurs universités pour relever les défis technologiques et scientifiques qui contribuent à créer la société de demain.
  • Le LabSticc, Laboratoire des Sciences et Techniques de l’Information, de la Communication et de la Connaissance dont les projets de recherche portent notamment sur la cybersécurité, l’Intelligence Artificielle, les drones ou encore la réalité virtuelle ou augmentée. Il est présent à Brest, Quimper, Lorient et Vannes.
  • l’IODE, Institut de l’Ouest : Droit et Europe, un laboratoire de recherche en droit qui étudie notamment les questions liées au cyberespace et à la régulation des activités numériques.

En parallèle, la Chaire de cyberdéfense Saint-Cyr Sogeti Thales (première Chaire de cyberdéfense en France), assure le développement de la recherche en cyberdéfense et cybersécurité, avec l’appui du Centre de Recherche des Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan, à travers des colloques et des publications.

Au total, plus de 150 chercheurs travaillent au quotidien sur les problématiques cyber.

La Bretagne est également dotée d’un important réseau en matière de formations en cybersécurité. En France, la première spécialité ingénieur en cyberdéfense a vu le jour à l’Université de Bretagne Sud. 

Lancée en 2020 à Rennes, la Cyberschool est la première école universitaire à offrir un cursus de recherche en cybersécurité en France, jusqu’aux niveaux master et doctorat. Elle compte aujourd’hui 110 étudiants et débute ses travaux de recherche en cybersécurité.

Les événements phares du secteur

Rennes accueille chaque année la European Cyber Week, une semaine dédiée à la cybersécurité qui propose une quinzaine d’événements. Forum de recrutement, pitchs de jeunes entreprises en présence d’investisseurs, débats, conférences, challenges IA & cyber… Plus de 3700 participants de 14 pays se retrouvent au Couvent des Jacobins pour cet événement unique.

Bien qu’organisé au Grand Palais de Lille, le Forum International de la Cybersécurité (FIC) a un parfum de Bretagne. Le stand régional accueille en effet une vingtaine d’entreprises et 5 centres de recherche qui exposent leurs savoir-faire aux côtés du Pôle d’excellence cyber.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Vous souhaitez en savoir plus ?
Les équipes du Couvent des Jacobins sont à votre disposition pour accompagner votre projet d'événement et répondre à toutes vos questions en moins de 24h.