fermer

- Interview -

« Le Couvent des Jacobins a tout pour marquer les esprits des congressistes »

Publié le 13/05/2019

Le Centre des congrès accueille Cars 2019, conférence internationale de la chirurgie et de la radiologie assistées par ordinateur et des technologies de la santé

La 33ème édition de Cars (International Conference of Computer Assisted Radiology and Surgery) se déroule à Rennes au Couvent des Jacobins, du 17 au 21 juin 2019. Un congrès scientifique international, le rendez-vous annuel dans le domaine de la robotique et de la santé, qui réunit 700 chercheurs. Pierre Jannin, chercheur rennais et organisateur de Cars 2019, explique pourquoi il a souhaité faire venir ses collègues du monde entier « à la maison ».


Pierre-Jannin-Cars-2019.jpg

 

Pierre Jannin (Photo : Bruno Astorg)

 

Cars 2019 est un congrès scientifique international et interdisciplinaire, qui sont les chercheurs qui y participent et quel est le format de l’événement ?

Cars 2019 réunit près de 700 chercheurs autour de l’utilisation et le développement des technologies du numérique dans le domaine de la santé. Trois communautés seront présentes à Rennes du 17 au 21 juin 2019 : des chercheurs académiques spécialisés dans les mathématiques, physique et informatique, une deuxième communauté de chercheurs avec des compétences cliniques et médicales et enfin, des industriels représentants des grands groupes et des petites entreprises qui viennent présenter leurs recherches et solutions innovantes.

 

Le programme du congrès est dense avec trois sessions en parallèle pendant 5 jours. Cars 2019 est une « conférence de conférences » qui héberge une série d’événements interdisciplinaires en chirurgie, radiologie, diagnostic… Au total, pendant la durée du congrès , nous aurons 160 présentations orales sélectionnées, 40 intervenants invités venus de 45 pays différents et une partie exposition de partenaires industriels.

Même si c’est un événement réservé aux professionnels, nous voulons aussi donner un aperçu aux habitants de ce qui s’y passe. Par exemple, je vais organiser le lundi soir dans un amphi de l’hôpital Pontchaillou, au centre cardio-pulmonaire, une soirée gratuite pour le public pendant laquelle deux chercheurs internationaux présenteront leurs travaux en français. Et des visites guidées de la conférence permettront à quelques groupes d’étudiants, de lycéens et de patients de passer une heure dans le couvent pour assister à une présentation et découvrir les robots chirurgicaux qui seront exposés. Le but est de rendre plus transparent nos travaux et de créer des ponts entre la recherche et le public.

 

Le fait d’avoir à Rennes un centre des congrès comme le Couvent des Jacobins sur un territoire avec des filières d’excellence dans le domaine de la santé et du numérique a été déterminant pour faire venir ce congrès international ?

Oui. La conférence est venue seulement deux fois en France, il y a longtemps, mais uniquement à Paris. Comme je suis très investi dans l’événement depuis des années, on m’a demandé de l’organiser en France. Et je tenais absolument à le faire à Rennes où je travaille au LTSI (Laboratoire Traitement du Signal et de l’Image) de l’Université de Rennes 1. Je voulais faire venir mes collègues du monde entier « à la maison ». Les chercheurs bretons et français, ainsi que des entreprises locales seront donc bien représentés, aux côtés d’entreprises internationales de référence dans la robotique chirurgicale ou l’imagerie médicale, par exemple.

En Bretagne, et à Rennes en particulier, nous sommes en effet à la pointe sur les technologies pour la santé. Faire venir chez nous les meilleurs spécialistes mondiaux,  leur montrer notre savoir-faire, a du sens, c’est une vitrine pour le dynamisme du tissu rennais.

 

Et c’est vrai que sans le couvent, accueillir des événements de cette envergure n’était pas possible. C’est ce qui m’a poussé à proposer la candidature de Rennes : je savais que le lieu avait tout pour plaire et marquer les esprits des congressistes. La différence avec les autres centres des congrès, c’est l’âme du lieu. Quand on reste une semaine en conférences, pouvoir profiter d’espaces comme ceux du couvent avec des vieilles pierres, des espaces aérés et lumineux au cœur de la vieille ville, est quelque chose d’exceptionnel pour les participants.

 

L’organisation d’un congrès international se prépare longtemps à l’avance, comment avez-vous été accompagné par les équipes du centre des congrès ?

Nous avons commencé à travailler sur l’organisation du congrès il y a bientôt 5 ans. Le couvent n’était même pas encore construit. Nous étions alors le premier événement international à venir frapper à la porte de Destination Rennes. Nous avons travaillé en proximité, le suivi et le soutien des équipes m’a beaucoup aidé dans la préparation de ce projet. Le fait de savoir qu’il y a une équipe qui est là et qui est rodée, est un vrai plus. Le fait de pouvoir compter sur une centrale de réservation est aussi rassurant pour les participants.

Dans l’organisation, nous avons aussi souhaité mettre en place une démarche éco-responsable, une attention particulière à travailler avec des produits locaux et de qualité en essayant de minimiser les dépenses de matériels ou de récupérer les produits non consommés. Dans un avenir proche, cette approche responsable dans l’organisation d’événements professionnels va devenir la norme, et dans ce domaine, le Couvent des Jacobins se démarque.

 

 


 

ft-rennes-saint-malo.jpgICCA WorldLogo Ouest Congrèscoesio-france-congres.png