fermer

- Chronologie -

L’histoire du Couvent des Jacobins en 10 dates-clés

Publié le 11/04/2017

Le Couvent des Jacobins a connu plusieurs vies avant d’être transformé en centre des congrès du XXIème siècle

Avant de devenir le Centre des Congrès de Rennes Métropole, le Couvent des Jacobins a été un lieu d’échanges et de rayonnement intellectuel, intégré au cœur d’un quartier dynamique de la ville. Retour sur ses transformations et son histoire en dix dates-clés, de l’Antiquité à nos jours.


Ier- IIIème siècle : Un quartier commerçant de la ville antique

A l’Antiquité, bien avant la construction du Couvent des Jacobins, le quartier de la ville antique de Condate était déjà dynamique. Lors des fouilles préventives, les archéologues de l’Inrap ont mis au jour des vestiges gallo-romains attestant notamment de la présence d'un temple au IIIème siècle de notre ère, situé dans l’actuelle cour nord du Couvent. Sans doute dédié à Mercure, le dieu du commerce, des voyageurs et des carrefours qui avait toute sa place dans ce quartier très fréquenté, riche en activités artisanales et commerciales.

1369 : Pose de la première pierre du Couvent

La première pierre de l’église du couvent est posée le 2 février 1369 en présence du Duc de Bretagne. Sa construction dans le faubourg Saint-Malo marque le début d’un rôle spirituel, intellectuel et politique important dans l’histoire de la ville et de la Bretagne. Il porte le nom des Jacobins, des frères prêcheurs appelés aussi Dominicains. L’originalité de ce nouvel ordre, créé en 1215, tient notamment à son implantation au cœur des villes. La construction du Couvent marque surtout la fin de la guerre de succession en Bretagne.

1491 : Trait d’union entre la France et la Bretagne

La date du 17 novembre 1491 est souvent évoquée comme étant celle des fiançailles d’Anne de Bretagne et de Charles VIII, célébrées dans la chapelle des Jacobins. En réalité, il s’agit de la signature d’un traité de paix entre la Duchesse de Bretagne et le roi de France qui met fin au siège de Rennes. Leur mariage sera en fait célébré près  d'un mois plus tard tard à Langeais, en terre française. Leur union scelle le début du long processus de rattachement de la Bretagne à la France. L'union des deux couronnes sera officialisée avec les traités de 1532.

1593 : La légende miraculeuse de Bonne nouvelle

Couvent-Bonne-nouvelle.jpg
 

Des miracles sont attribués à un tableau de la fin du XVème siècle, une huile sur bois de la Vierge de Bonne Nouvelle, à qui est dédiée l’église du couvent. Suite à un premier miracle en 1593, le tableau fait l’objet d’une intense dévotion et attire les pèlerins venus de très loin. A partir du XVIème siècle, Le couvent devient un important lieu de pèlerinage. De riches familles se font inhumer au plus près de ce tableau. Des boutiques s’adossent au couvent dans la rue de Saint-Malo. Ces différentes sources de revenus permettent au couvent d’agrandir ses bâtiments jusqu’au XVIIème siècle.

XVIIème siècle : un lieu de rayonnement intellectuel

Au-delà du culte de Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, le couvent devient également un centre d’étude réputé qui suscite de nombreuses vocations. Les religieux y enseignent la philosophie et la théologie en s’appuyant sur le fonds de près de 5000 livres imprimés de la bibliothèque du couvent. Un héritage exceptionnel, conservé en partie à la bibliothèque de Rennes Métropole aux Champs Libres.

1793 : Le Couvent est transformé en magasin militaire

Avec la Révolution, le Couvent fait partie des biens religieux saisis et démantelés pour être vendus comme bien nationaux. Mais le couvent ne trouve pas d’acquéreur. Il est affecté et transformé en magasins militaires par l’armée qui y logeait déjà des soldats dès les années 1780.

Mai 1991 : Le Couvent des Jacobins classé monument historique

Place-Sainte-Anne-couvent.jpg
 

Après avoir été inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques en septembre 1986, le Couvent est classé monument historique en mai 1991. Aux XIXème et au XXème siècle le Couvent a encore connu des modifications : l’église Saint-Aubin, construite par l’architecte de la ville Jean-Baptise Martenot, remplace l’ancien édifice en ouvrant un peu plus la Place Sainte-Anne. Les abords du couvent sont ainsi modifiés et un poste de police est même construit sur l’ancien placis du couvent en 1926.

2002 : Rennes Métropole devient propriétaire des lieux

En mai 2002, l’armée vend le couvent à rennes Métropole pour un euro symbolique. Jusque dans les années 2000, le lieu avait été occupé par des associations sportives militaires. L’armée y stockait également du matériel ainsi que des archives du Ministère de la Défense.

2009 : Le couvent est choisi pour devenir un centre des congrès

En 2008 et 2010, le lieu héberge la biennale d’art contemporain - les Ateliers de Rennes. Entretemps, le 18 juin 2009, le site est retenu pour être transformé en centre des congrès et l’année suivante, c’est l’équipe de l’architecte Jean Guervilly qui est choisie pour sa conception. Après des fouilles préventives, menées par l’Inrap de novembre 2011 à juin 2013, les travaux de rénovation et de réhabilitation commencent pour donner une nouvelle vie au couvent. Un chantier hors-normes, en plein centre-ville, pendant lequel le couvent sera littéralement mis en lévitation pour permettre de creuser les espaces sous le monument historique.

Janvier 2018 : ouverture du Centre des Congrès

Après une période inaugurale en décembre 2017, le Couvent des Jacobins ouvrira ses portes en janvier 2018 pour accueillir ses premiers événements professionnels. Au total, 16000 mètres carrés sont dédiés à l’accueil des congressistes dans un lieu qui allie une architecture moderne accollée au monument historique (voir le plan du Centre des Congrès).


  • ICCA World
  • Logo Ouest Congrès